[conférence] Compte rendu Conférence 20 Juin 2013 "Ville durable"

Publié le par Association 3PA

Compte rendu de la conférence

« Ville durable »

20 Juin 2013


Une version PDF de ce compte rendu peut être envoyée sur simple demande à l'adresse contact@3pa.info

 

Intervenants présents:

 

Alexandre Désirée, Association Arbres et Paysages d'Autan.

Arnaud de Mellis, Élu de la commune de Poucharramet.

Georges Dhers, Chercheur en économie sociale et développement local.

Philippe Dugot, Géographe à Toulouse II et directeur du département de géographie.

Jean-Loup Marfaing, du Conseil d'Architecture d'Urbanisme et de l'Environnement 31.

Jonathan Sénéchal, Agriculteur en démarche nature et progrès et producteur dans une AMAP.

 

Introduction de la soirée :

Présentation de l'association 3 PA : 3 PA est une association d'éducation et de formation à l'environnement. Elle travaille avec des publics jeunes dans le cadre de la sensibilisation et l'animation et propose également des formations professionnelles pour un public adulte. Les trois domaines d'action de l'association sont le jardinage biologique, l'alimentation et l'écoconstruction. Dans le cadre de notre mission d'information au développement durable, nous avons mis en place un centre de ressources et menons des soirées d'information comme celle-ci.

 

Présentation de la Maison de la Terre, lieu d'accueil de la soirée : café culturel associatif avec une programmation variée, concerts, théâtre, festivals.

 

Cette soirée a pour thématique la ville durable car nous avons décidé de faire de cette soirée une action associée du FreDD, festival Film Recherche Développement Durable qui a lieu chaque année au mois d'Avril à Toulouse.

Présentation du FreDD par Yves Ardourel, président de l'association FreDD qui organise le festival : ce festival, créé par l'UVED (Université Virtuelle Environnement & Développement durable) de Toulouse a pour vocation de rassembler le monde de la recherche et le grand public à travers des supports audiovisuels, à travers des images. Cette année la thématique du festival était la ville durable et 3 PA a été un partenaire important. A noter aussi l'importance de l'IRD (Institut de Recherche pour le Développement) qui promeut fortement le lien entre la recherche et le public à travers l'audiovisuel. La thématique du FreDD 2014 « Produire et consommer durable ».

 

Dans le cadre de ce partenariat, le film présenté ce soir est la film Brasilia Minha primé au festival FreDD.

 

Qu'est ce que la ville durable ?

Selon l'INSEE, la ville est une agglomération de 2000 habitants regroupés sur un territoire limité. Mais cette définition n’est pas suffisante car la ville est en constante mutation: migration, mouvements pendulaires, échanges de bien, transports, croissance des villes, extension spatiale. La définition de la ville est donc d'ores et déjà très complexe et ne peut pas se résumer à la définition de l'INSEE.

La ville durable qu'est ce que c'est ? Le développement durable étant défini par 3 piliers (économique, social et environnemental), nous pouvons supposer que la ville durable prend en compte ces différents enjeux. Mais le développement durable étant lui même difficile à définir, comment définir la ville durable ? Nous pouvons déjà dire que la ville durable est le fruit d'interactions entre différents acteurs, entre différentes pratiques.

 

Questionnement de la soirée : quelles sont les pratiques, urbanistiques, économiques, culturelles, écologiques qui permettent à cette ville durable de voir le jour ? Finalement, est ce que la ville durable existe vraiment ?

 

Le film Brasilia Minha :

Sorti en 2009, réalisé par Erwan Massiot et Carolina Venturelli.

Présente une vision très personnelle de la ville de Brasilia. Imaginée en 1957 par Oscar Niemeyer, cette ville construite de toute pièce est aujourd’hui la capitale du Brésil et rassemble plus de 3 millions d’habitants.Ce film montre comment les différentes communautés avec des pratiques, des modes de vie différents sont en train de construire la ville.

 

Réactions suite au film et début de la discussion à bâtons rompus :

 

Jean-Loup Marfaing :

deux questions posées par le film :

problème de la fixation des populations : de nombreux ouvriers qui ont participé à la construction de la ville sont restés alors que cela n'avait pas été pensé par les aménageurs

Il existe une réelle typologie de l'habitat à Brasilia, toutes les catégories sociales sont présentes sans forcément se côtoyer.

Brasilia est issu d'un projet architectural et urbanistique important mais ce n'est pas la seule ville à avoir été construite sur ce modèle. Il s'agit d'une application d'une théorie urbanistique bien définie dans les années 30. D'autres villes nouvelles ont été construites quelques années après.

 

Georges Dhers : Brasilia est le contraire de la ville durable tel que le mouvement « Ville en transition* » la conçoit. La ville durable doit être construite par les habitants.

Note: Ville en transition : Le mouvement de Transition est né en Grande-Bretagne en septembre 2006 à Totnes. Il s'agit d'inciter les citoyens d'un territoire (village, commune, ville ou quartier d'une ville) à prendre conscience de la crise pétrolière, de ses profondes conséquences, et de l'urgence de s'y préparer en mettant en place différentes solutions. Plus d'informations sur le site dédié aux Villes en Transition : http://villesentransition.net/transition/

 

Philippe Dugot :

la phrase de Niemeyer à la fin du film Brasilia Minha est importante : ce qui compte ce sont les hommes qui sont derrière la ville, derrière le projet d'urbanisme. Les choses ne se décrètent pas si facilement, la ville est complexe et doit prendre en compte les hommes.

Il faut se méfier des tentatives de « la ville durable », car beaucoup de villes dites durables se heurtent à leurs contradictions.

La ville durable est assez exclusive alors qu'elle devrait être pour tous, et les ségrégations socio-spatiales existent même dans cette nouvelle ville durable.

 

Question dans le public : n'est-il pas plus facile de faire la ville durable à petite échelle ?

 

Philippe Dugot : Exemple du quartier Vauban à Fribourg (Allemagne). Ce quartier a tous les attributs de l'écoquartier : tram, utilisation de matériaux écologiques dans les construction, production énergétique, mixité sociale (même si c'est très peu), vie de quartier/ de village. Ce modèle est très alléchant mais il y a deux bémols :

la quartier est en train de s'embourgeoiser, une ségrégation se met en place les plus pauvres étant repoussés en périphérie.

Le quartier Vauban représente 5000 habitants alors que Fribourg en compte 230 000. Il ne s'agit donc que d'une petite enclave dans la ville.

La vraie question : comment fait-on pour pérenniser les villes qui sont déjà construites ?

La notion de « écoquartier » est un outil marketing qui fait face à deux enjeux sociaux : soit les écoquartiers s'embourgeoisent soit ils se paupérisent avec le temps.

Plusieurs enjeux de la ville durable :

comment gère-t-on le foncier ?

Quel gouvernement métropolitain pour les villes durables ?

Comment gérer une ville qui s’accroît ?

Comment une humanité de plus en plus urbaine va pouvoir se concentrer sur un espace moins consommateur ?

La question du développement durable passe par la ville, il nous faut composer avec la ville et cela doit se faire avec l'héritage que nous avons.

 

Présentation des invités :

 

Jean-Loup Marfaing , CAUE 31 :

Première question importante : quelle gouvernance ? Quelle démocratie pour la ville ? La gouvernance pouvant être considérée comme le quatrième pilier du développement durable.

La ville est le cadre de l'apparition de la démocratie, du progrès, la ville rend libre.

La problématique de la construction renvoie au problème de la planification. Dans l'échelle de la construction il a deux grandes approches :

performance énergétique et technique : autrefois, les constructions étaient faites avec des ressources locales, aujourd'hui, l'écoconstruction, l'autoconstruction et les circuits courts sont de plus en plus réglementés, normés.

À l'échelle urbaine, de nouveaux enjeux apparaissent et la forme urbaine actuelle n'en tient pas compte. L'un de ces enjeux majeurs est la densification, est liée à la question des transports puisque la densification permet les transports en commun : les déplacements urbains sont un volet de plus en plus difficile à mettre en œuvre.

 

Arnaud de Mellis, élu de la commune de Poucharramet :

Projet d'écolotissement en cours à Poucharramet.

Nécessité que la population croisse afin de maintenir l'école.

Souhait de développement par la mairie, en respectant le PLU (Plan local d'Urbanisme) mais également le POS (Plan d'occupation des sols) qui exige la densification.

2 possibilités pour réaliser ce projet d'écolotissement :

les deux propriétaires du terrain (la mairie et un particulier) deviennent maîtres d'ouvrage

maîtrise d'ouvrage laissée à un aménageur : c'est ce choix qui a été fait.

Pourquoi mettre en place ce nouveau lotissement selon une démarche labellisée HQE aménagement ?

Concertation publique à travers deux réunions publiques. Ces concertations ont des limites mais permettent certaines propositions de la part des habitants.

Qualité environnementale du projet

Aboutit à une certification, ce qui garantit le projet.

Lotissement sur 3 ha : 35 logement et 8 logements sociaux.

 

Emmanuel Guetin – Maleprade, Élu de Beaufort : Présentation du projet d'écoquartier à Beaufort.

Projet de éco-hameau  100% communal, mise en place d'un cahier des charges, mixité sociale favorisée, nombreuses activités proposées dans le quartier.

 

Questions du public : Les gens y habitent, mais peuvent-il aussi à travailler ? S'il n'y a rien sur place, les écoquartiers sont juste beaux.

 

Georges Dhers, Chercheur en économie sociale et développement local :

Les réunions publiques sont limitées car ne répondent pas au réel principe de communication.

Chacun doit pouvoir dire ce qu'il veut, chaque citoyen doit pouvoir se sentir acteur.

Les individus sont des acteurs/ créateurs. Face à une multicrise, le dispositif éthique de communication créative permet à des petits groupes de se créer, groupe où les citoyens peuvent discuter.

Pas de ville durable sans la créativité de chacun, la ville durable est coconstruite par les habitants.

 

Jonathan Sénéchal, Agriculteur en démarche nature et progrès et producteur dans une AMAP :

« Durable » est un mot à la mode.

Ce qui lui permet d'être durable, ce sont les AMAPIENS qui le soutiennent.

Production qui est alternative mais qui n'est pas viable économiquement.

Responsabilisation de la consommation.

Agriculture de la rue telle qu'elle a été pensée par le mouvement « Ville en transitions » relève de l'économie du don. Les cultures sont à la libre disposition des passants, des citadins.

 

Alexandra Désirée, Arbres et Paysages d'Autan :

Les actions de l'association visent à amener la nature dans la ville, à aménager l'espace avec des espèces locales, des arbres de pays.

Avoir des arbres locaux favorise le développement d'un quartier, d'une ville durable. Il s'agit d'améliorer ce qui existe déjà en faisant entrer la biodiversité dans la ville.

Les arbres locaux étant adaptés ils nécessitent moins d'eau, moins d'intrants.

Les collectivités ont un rôle à jouer mais les particuliers également en plantant ces arbres sur leurs terrains.

Les trames vertes et trames bleues jouent aussi un rôle dans cette re-naturation de la ville puisque elles relient les spots de biodiversité.

Rôle social de l'arbre : il appartient aux habitants de les planter, ils sont impliqués dans ce processus.

 

Question du public : le changement vers la ville durable demande beaucoup de contraintes, quel plaisir à trouver dans ces changements ? Car la ville durable ne peut marcher que si les gens y adhèrent.

 

J.L Marfaing : la clé de voûte de cette ville durable est la démocratie participative.

 

23h15 : fin du débat

 

 

L'association 3 PA remercie tous les intervenants qui sont venus apporter leurs témoignages et le public de s'être déplacé.

 

 

Bibliographie *

 

Pour aller plus loin sur le développement durable et sur la ville...

 

Des sites internet :

 

Agence Régionale pour l'environnement : http://www.arpe-mip.com/

Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie : http://www.ademe.fr

Centre Méridional de l'Architecture et de la Ville : http://www.cmaville.org/

Comité Français pour le développement durable : Comité 21 : http://www.comite21.org/index.html

Conseil d'architecture, d'urbanisme et d'environnement de Midi-Pyrénées: http://www.caue-mp.fr/

 

Des ouvrages :

 

Association Nationale des Villes et Pays d'Art et d'Histoire, (2009) Centres anciens, modèles de ville durable.

Agence Régionale pour l'Environnement (ARPE), (2009) Pour des quartiers et des hameaux durables en Midi-Pyrénées, guide à l'attention des maîtres d'ouvrage.

CAUE 31, La Fabrique Toulousaine et Collectif (2013), Habiter demain.

CAUE 31, La Fabrique Toulousaine et Collectif (2013), Parcours des imaginaires, Collection Habiter Demain.

Collectif (2008), Atlas des développements durables, Édition Autrement, Atlas du Monde

Collectif, (février 2007), La ville durable, perspectives françaises et européennes, La documentation française.

Da Costa Goncalves (2005), La ville et la nature, Édition Autrement.

Da Costa Goncalves (2004), Habiter en ville, Édition Autrement.

Mathieu. N et Guermond.Y (2005), La ville durable, du politique au scientifique, Édition CEMAGREF.

 

Des lieux à Toulouse :

 

Centre Méridional de l'Architecture et de la Ville

Conseil d'Architecture, d'urbanisme et de l'environnement

La Fabrique Urbaine, Arche Marengo

 

D'autres films du Festival Film Recherche développement durable.

La Trame verte et bleue sur le terrain : Nature Midi Pyrénnées

Trames vertes et bleues dans les agglomérations : Gaëlle Aggeri, Production Educagri

Mexico, une soif impossible à étancher ? : Nicolas Montibert

La ville, l'habiter, l'aménager : Scéren – crdp Rennes

In Transition 2.0, mouvement des Villes en Transition, 2012

Un monde pour soi, Yann Sinic

 

 

* Les ouvrages en gras sont présents dans notre centre de ressources, ouvert le vendredi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30, ouvert du mardi au jeudi sur RDV. Cette liste est non exhaustive.

 

Commenter cet article