[adt] Compte rendu du premier apéro débat tapas 22 Février 2013

Publié le par Association 3PA

Voici le compte rendu du premier apéro-débat-tapas qui a eu lieu vendredi 22 février à Poucharramet. Le principe? Occasion de rencontre, de partage de point de vue et de convivialité les apéros-débats-tapas s'organisent autour d'un verre et de spécialités culinaires proposés par les participants. Il ne s'agit pas d'une conférence mais bien d'une discussion entre citoyens et personnes intéressées par la question du jour.

 

Retrouvez le prochain apéro-débat-tapas le vendredi 15 mars à partir de 19h à la Maison de la Terre. Vous n'avez pas besoin de vous inscrire, en revanche, chacun amène des amuses bouches à partager!

 

Compte rendu

Apéro débat tapas n°1

Les gaz de schiste

La Maison de la Terre

 

 

Nombre de participants:12

 

A noter : des personnes nouvelles sont venues appréciant le format de ces discussions. Notamment, 2 anciens ingénieurs des mines habitant à St Clar et à Ste Foy de Peyrolières.

 

Le concept proposé pour cette première soirée est de laisser libre cours à la discussion avec les connaissances et les idées de chacun en respectant la parole de tous. Autour de tapas et d'un verre, nous échangeons sur la thématique proposéesans qu'il y ait de fil conducteur ou d'animateur qui impose une direction au débat. À la fin de la discussion, nous tentons d'en dégager quelques idées principales qui pourront servir de base à l'organisation d'une conférence sur la thématique, ou de relever un ou des consensus sur le sujet et/ou de décider d'approfondir le sujet par un ou plusieurs des participants en tentant de créer des groupes de travail sur le sujet donné.

 

Concernant le sujet des gaz de schiste qui a été abordé ce vendredi 22 février 2013, une brève présentation de la thématique a été faite par l'animateur, Frédérick MATHIS afin d'introduire le débat. Les idées fortes qui sont retenues pour notre discussion sont :

 

L'exploitation du gaz de schiste est-elle une opportunité pour viser l'indépendance énergétique de la France et de l'Europe ?

 

Le coût environnemental de cette exploitation est-il trop cher à payer pour cette indépendance ?

 

Avant de réfléchir à exploiter de nouvelles ressources, ne devons-nous pas réduire nos consommations ?

 

L'énergie est-elle trop bon marché pour éviter la surconsommation ?

 

Et plus globalement, la place prépondérante de l'énergie dans nos sociétés ne doit-elle pas être rediscutée au regard de la montée en puissance et de la consommation exponentielle des pays dits émergents ?

 

En premier lieu, un relevé des constats est fait par l'animateur. Le gaz de schiste est une découverte ancienne. Seuls les États-Unis à ce jour ont lancé l'exploitation à grande échelle fortement soutenue par les finances publiques du pays et entraînant des coûts du gaz en chute libre. En Europe, seule la Pologne et dans une moindre mesure la Grande Bretagne ont lancé l'exploration et la production. Ces constats entraînent les réflexions suivantes :

 

Le modèle économique du gaz de schiste est-il viable du fait que les coûts sont de plus en plus bas et que leur exploitation est fortement soutenue par des subventions publiques ? (NdA : une piste sur le pétrole de schiste n'a pas été évoquée mais semble répondre à cette question)

 

Les risques environnementaux en valent-ils la chandelle ?

 

Du potentiel existe apparemment en France, mais seule l'exploration et donc l'exploitation pourront donner preuve ou non de cette existence.

 

Un des membres de l'assistance, ingénieur des mines, expose la manière dont est extrait le gaz de schiste et ses différences avec le gaz conventionnel. Notamment, nous parlons de la fracturation hydraulique et le forage horizontal qui sont les points de débat quant à leur impact sur l'environnement. En effet, il est ajouté dans l'eau de la fracturation, un ensemble de produits chimiques permettent cette extraction, qui, si l'extraction est mal réalisée peuvent se retrouver dans les nappes phréatiques.

 

Une autre personne ayant vu le documentaire Gazland nous fait part, notamment, de la scène où des personnes vivant à proximité d'une exploitation ont du gaz qui sort du robinet et de l'eau sale. Cette personne nous parle aussi des problématiques en terme de ressource en eau que cela pose notamment dans le Texas, où ils sont obligés de faire venir des camions citernes d'eau pour pallier au manque d'eau.

 

Après ces récits et une discussion sur le phénomène « nimby » (Not in my back yard, nda), le débat se développe sur nos besoins en énergie et sur le coût de l'énergie. En effet, force est de constater que l'énergie produite par le travail humain (de l'ordre de 70 w par personne, 350 wh pour 5h) est à mettre en relation avec l'énergie produite par le pétrole pour lequel il faut 0,03l pour les 350 wh.

 

Le débat se recentre à chaque fois sur nos besoins en énergie qui s’accroissent et dont la planète ne pourra plus fournir en quantité suffisante au regard du développement des populations mondiales. Au delà du gaz de schiste c'est un sujet central que celui de la transition énergétique qui est d'ailleurs amorcé par le gouvernement actuel. La question de la taxation de l'énergie semble incontournable et le développement de maisons passives voire productrices d'énergie une étape essentielle de notre développement.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article