[centre ressources] Tester la terre de son jardin

Publié le par Association 3PA

 

 

La terre sert à plusieurs niveaux dans la construction d'une maison: fondations, construction et finition. Pour mieux comprendre la structure du sol sur lequel vous allez poser votre maison, les propriétés de cette terre avec laquelle vous pouvez construire, voici quelques notions et tests simples à réaliser.

  • Etude des échantillons de sol

Recueillir de la terre (1 à 2 kg) au fond du trou par creusement horizontal (ne pas mélanger avec la terre qui s'éboule) pour réaliser un ou plusieurs des tests suivants.

 

  • Le test du pif, il est rapide et efficace pour repérer les sols grenus.

  • Le test du bocal, il permet d'obtenir assez rapidement la composition du sol.

  • Le test du toucher, il permet d'identifier grossièrement un sol.

  • Le test du goût et de l'odeur, il permet d'identifier grossièrement un sol.

  • Le test du lavage des mains.

  • Le test d'adhérence à un couteau.

  • Le test du rouleau de terre, évalue la consistance.

  • Le test des pastilles, le retrait

  • le test de plasticité

  • le test d'amendement de la terre pour un enduit

 

 

  • Comprendre les résultats

 

La terre à bâtir est constituée de grains de différentes tailles ( cailloux, graviers, sables, limons, argiles ) d'air et d'eau. La terre à cultiver contient en plus de la matière organique ( végétaux et animaux ).

Les cailloux, graviers, sables et limons sont des grains plus ou moins arrondis de même nature. Seule leur taille varie et leur donne des noms différents.

Les argiles sont des particules très fines et applaties. Elles réagissent avec l'eau pour coller tous les grains ensemble. Il en existe de plusieurs sortes ( des colles très fortes et délicates à employer et des colles moins fortes mais d'usage plus facile )

 

Les propriétés d'une terre viennent de la proportion de chacun de ses grains et du type d'argile.

 

  • Le gravier, les cailloux

Ils sont facilement reconnaissables par leur diamètre supérieur à 2 mm. Ils limitent les remontées d'eau par capillarité, c'est pourquoi ils sont utilisés dans les hérissons. Ils limitent aussi le retrait des liants qui les entourent, comme par exemple la terre ou le béton.

 

  • La terre sableuse

Une terre sableuse est une terre contenant une grande proportion de sable (particules de diamètre compris entre 0,06mm et 2mm) Le terrain sableux est très perméable. Il laisse donc

 

facilement circuler l'eau sans gonfler et limite fortement les effets du gel.

C'est une terre qui se draine automatiquement.

L'eau assure la cohésion d'un sol. La terre sableuse manque donc de cohésion et s'effrite.

Elle a une bonne capacité portante et est parfaite pour des fondations.

 

  • La terre limoneuse (grande proportion de silt)

La petite taille des particules de silt (entre 0,06 et 0,002mm) rend assez difficile la différenciation de la terre limoneuse avec l'argile. La terre limoneuse possède un bon degré de cohésion grâce à la friction des particules de silt. Cependant, en raison de leur perméabilité élevée, la terre limoneuse est plutôt sensible au gel.

 

  • La terre argileuse

La terre argileuse est souvent lourde car gonflée d'eau et a donc une grande inertie thermique. Elle est lente à se réchauffer au printemps, mais plus longue à se refroidir en hiver. Elle a donc tendance à adoucir le climat. Elle absorbe très lentement l'eau en gonflant et en devenant imperméable, elle la restitue aussi très lentement. Les pluies restent à sa surface en ravinant plus facilement tout autour.

 

  • La terre organique

On la trouve généralement dans les 35 premiers centimètres du sol. Parfois de couleur sombre : l'humus qui indique une décomposition avancée (appelée terre humifère), ou de couleur plus claire avec des parties végétales visible. C'est une terre qui change fortement de volume avec l'eau. Elle accepte jusqu'à 5 fois son volume d'eau et perd ainsi toute stabilité mécanique.

 

  • Résumé des propriétés physiques des sols :

Le nombre de sols différents est infini. On peut cependant les classer en fonction de leur pourcentage de particule de différentes tailles.

  • la roche

  • les cailloux de 200mm à 20mm

  • les graviers de 20mm à 2mm

  • les sables de 2mm à 0,06mm

  • les silts 0,06mm à 0,002mm (donnent la terre limoneuse)

  • les argiles de 0,002mm à 0,000001mm

 

 

Les tests d'identification :

  • Le test du pif

C'est un test d'identification de consistance de la terre (grenu, fin).

Ça n'est pas bien sur le test le plus fiable, mais il faut reconnaître que c'est le test le plus simple et que, de plus, il est assez performant pour la plupart des terres.

On commence par séparer manuellement les gros cailloux et les graviers (supérieur à 2mm), puis si on a le courage les gros sables (supérieur à 1mm). On peut alors apprécier à l'oeil le pourcentage de chacune des familles et en déduire si le sol est grenu. Avec cet méthode, on repère aussi assez facilement un sol organique. Elle donne une première impression : terre fine, lisse ou au contraire très rugueuse.

 

  • Le test du bocal

C'est un test d'identification de composition de la terre (gravier, sable, silt, argile, organique) .

 

Le test du bocal est l'un des plus performant. Il repose sur une technique de sédimentation. Il permet de connaître le pourcentage volumique des cinq principales classes de particules d'une terre : gravier, sable, silt, argile, organique.

Le choix d'un bocal svelte est un gain énorme en précision, car le gain en hauteur se traduit par un espacement

-On remplie un bocal avec un quart de terre et on complète avec de l'eau pure en laissant un petit espace d'air pour agiter plus facilement.

-On triture

-On referme et on agite énergiquement.

-On attend une heure et on agite de nouveau.

-Les sables se déposent presque immédiatement.

-Après 45 minutes, on peut mesurer la couche de silt.

-Et au bout de 8 heures, les argiles se sont déposées, et on peut enfin mesurer les différentes hauteurs.

 

  • Le test du toucher

Le toucher permet de bien sentir les sables. En ajoutant un peu d'eau, les sensations sont plus précises.

La terre limoneuse devient de plus en plastique. La terre argileuse devient complètement plastique et collante.

 

  • Le test du goût et de l'odeur

Voici le test des gourmands. On prend un petit peu de terre et on la renifle en l'écrasant puis on la mange. Attention quand même aux différentes pollutions.

  • Si elle sent le moisi, c'est terre organique. On peut vérifier nos déduction en humidifiant ou en chauffant la terre.

  • Si elle laisse une impression pâteuse, colle au palais c'est une terre argileuse.

  • Si elle ne colle pas, c'est une terre limoneuse.

  • Si la terre crisse désagréablement sous les dents, c'est une terre sableuse.

 

  • Le test du lavage de main

    Très simple. Il suffit juste de sa laver les mains avec la terre.

  • Si les mains se rincent facilement, c'est une terre sableuse.

  • Si les mains laisse une impression de savon, difficile à rincer, c'est une terre argileuse.

  • Entre les deux, c'est une terre limoneuse.

 

  • Le test d'adhérence à un couteau

C'est un test d'identification de consistance de la terre (fortement argileux, faiblement argileux, limoneux, sableux).

 

On fait une petite boule de terre humide de 3-4 cm de diamètre. On la malaxe jusqu'à ce qu'elle colle plus aux doigts. On enfonce la lame du couteau (comme pour tester si le gâteau est cuit)

  • Si le couteau entre et sort facilement de la boule, tout en laissant des traces sur la lame, c'est une terre faiblement argileuse.

  • Si Le couteau s'enfonce difficilement, tout en laissant des traces sur la lame, c'est une terre fortement argileuse.

  • Si la lame ressort indemne et presque propre, c'est une terre sableuse ou limoneuse. On coupe alors la boule en deux.

  • Si la lame crisse, la terre est sableuse.

  • Si l'éclat de la terre est brillant, la terre est limoneuse.

 

  • Le test du rouleau de terre

Il s'agit d'un test de consistance qui mesure essentiellement la proportion d'argile de la terre.

  • On confectionne a partir de la terre fine une petite boule de 2-3 cm de diamètre humide mais non collante.

  • On la roule à la main et si le cordon casse avant d'atteindre un diamètre de 3mm on rajoute un peu d'eau et on recommence.

  • Quand la terre se roule jusqu'au diamètre des trois millimètre sans se casser, on reforme la boule

  • On écrase la boule

  • La boule s'écrase sans se fissurer : c'est une terre fortement argileuse

  • La boule s'écrase en se fissurant de partout : c'est une terre faiblement argileuse

  • La boule est difficile à reformer : c'est une terre limoneuse

  • La boule est spongieuse : c'est une terre organique.

 

Les tests des propriétés de la terre :

 

  • Le test des pastilles

     

    •  

      On prépare différents mélanges de terre plastique ( différentes terres, ajouts de paille, ajouts de sable...) et on place les mélange dans les moules et les pastilles et on laisse sécher. Lorsque c'est sec, on observe comment ils se sont rétractés. Lorsque l'eau s'évapore, les plaquettes d'argiles se rapprochent et avec elles les autres grains. La terre se rétracte.

 

 

 

  • Le test de plasticité

     

La plasticité d'une terre est sa capacité à subir des déformation sans casser ou sans même se fissurer. Cette valeur évolue avec la quantité d'eau du matériau.

On prend une quantité donnée de terre et on ajoute une quantité d'eau différente pour chaque échantillon, on essaye de faire une colonne la plus haute possible à l'aide des mains

avec chaque mélange; Ce test permet de mettre en évidence l'influence de l'eau dans les

mélanges. Les argiles ont des formes de plaquettes et sont comparables à des plaques de verre.

Si on met un peu d'eau entre deux plaques, on ne peux pas les décoller mais on peut les faire glisser l'une par rapport à l'autre. Quand il y un peu d'eau entre toutes les plaquettes d'argile, la terre est plastique. S'il n'y a pas assez d'eau, les plaquettes ne sont pas collées les unes avec les autres.

 

Ces deux derniers tests montrent l'influence de l'eau et l'importance des amendements pour travailler une terre.

 

Le test des mélanges pour les enduits:

 

Afin d'éviter les fissurations dues au retrait ou l'effrittement dans un enduit trop sableux, on amende notre terre avec des fibres ( paille par exemple ) et du sable.

On prépare un mélange de terre. Sur un panneau ou pan de mur, on réalise une petite surface d'enduit. On crée une sorte de tableau en réalisant des surfaces d'enduits dans lesquels on ajoute progressivement plus de sable à l'horizontal et plus de fibres à la verticale. Ce qui permet d'observer les réactions en fonction des amendements et de choisir le mélange le plus approprié.

 

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin...

 

  • La Bible de la terre, c'est « Le traité de construction en terre » de Cra-Terre Grenoble aux éditions Parenthèses

  • Sur le site Internet de l'association ARESO www.areso.asso.fr, vous pouvez trouver des Fiches Eléments d'Ouvrage qui expliquent différentes expérinces éco-constructives.

 

 

Commenter cet article